Sélectionner une page

La sécurité routière est la responsabilité de chacun, citoyen comme collectivité. Aujourd’hui encore, de nombreux accidents pourraient être évités, que l’on soit piéton ou conducteur. Focus sur quelques bonnes pratiques en matière de sécurité au volant ou sur la route.

Les mesures prises par les communes

Afin d’assurer la sécurité des conducteurs comme des piétons, les communes déploient différents types d’installations comme de l’équipement urbain (ex : ralentisseurs, barrières de protection). Pouvoir indiquer les éventuels dangers est également crucial. Aussi, une commune va choisir parmi une gamme de matériel de signalisation ou plusieurs ce dont équiper la ville.

On trouvera par exemple des séparateurs de chaussée, des poteaux ou encore des barrières de ville.
Il sera également important de fournir un éclairage suffisant durant la nuit et assurer le bon entretien des voiries qui s’usent avec le temps. En effet, on estime que dans les villes de moins de 5000 habitants, moins d’un tiers des accidents corporels survient la nuit (environ 31%), mais sont responsables de près de la moitié (45%) des décès d’accidents de la route.

Les collectivités vont également prendre plusieurs mesures pour améliorer la sécurité routière au sein de leur commune, comme des zones limitées à 30 (à proximité d’écoles ou de zones commerciales notamment) ou en renforçant les contrôles autoroutiers liés à la vitesse ou la consommation d’alcool. Elles jouent aussi un rôle pédagogique en informant et sensibilisant leurs citoyens (conducteurs ou piétons) aux dangers que peut représenter la route. Le but étant de faire de chaque citoyen un acteur de la sécurité routière. Et justement, quelles sont les bonnes pratiques à adopter, en tant que conducteur notamment ?

Se passer du téléphone

Nous savons tous que le téléphone au volant est dangereux et, de fait, interdit. Un simple SMS suffit à nous distraire 5 secondes en moyenne, ce qui est considérable. 5 secondes à 50km/h suffisent à nous faire parcourir 80m sans regarder la route… On comprend mieux le danger d’un geste que l’on fait de manière anodine le matin, au réveil, durant nos repas, dans le bus… Mais pas à faire au volant. Pour éviter la « tentation » de regarder son téléphone, rien de mieux que de le mettre en silencieux et, de préférence, rangé au fond d’un sac. Le mettre hors d’atteinte évitera d’être tenté de simplement jeter un œil à l’écran, un acte qui pourrait nous coûter la vie ou celle de quelqu’un d’autre.
Les conversations téléphoniques sont, elles aussi, une grande source de distraction, et donc de risque. En parlant au téléphone, on augmenterait de trois les risques d’accident, et l’on perdrait près de la moitié de son exploration visuelle en étant concentré sur la conversation.

Si la musique (souvent via le téléphone en Bluetooth) est tolérée, on veillera à ne pas utiliser d’écouteurs et garder un volume correct, de manière à pouvoir rester alerte en entendant ce qui se passe autour. Votre chanson préférée ne doit pas masquer l’éventuel klaxon synonyme d’un danger imminent !

Le port de la ceinture de sécurité

Rendu obligatoire le 1er juillet 1973 à l’avant et le 1er octobre 1990 à l’arrière, le port de la ceinture de sécurité sauve bien des vies. Il permet de diminuer de plus de moitié le risque de décès sur la route (60%) ou de blessures graves.
La ceinture de sécurité contribue à se protéger, mais aussi protéger les autres. Lors d’un choc ou freinage violent, une personne non attachée à l’arrière devient vite un projectile mortel pour les passagers avant du véhicule. 

Surveiller sa vitesse

La vitesse demeure le premier facteur d’accidents mortels de la route (32%) Si l’impatience ou l’inattention peuvent nous pousser à rouler plus vite que la vitesse autorisée ou « faire comme les autres » véhicules, la vitesse n’en reste pas moins meurtrière. 
Plus la vitesse augmente, plus le champ de vision se réduit, et plus la distance de freinage s’allonge. En cas de choc, il va sans dire que les dégâts vont proportionnellement dépendre aussi de la vitesse. Notre temps de réaction est, lui aussi, plus important lorsque nous conduisons plus vite, ce qui va de pair avec la réduction de notre champ de vision.

Le respect des limitations de vitesse, mais aussi des distances de sécurité, ainsi que la prudence avant un virage ou un obstacle restent toujours de mise pour se protéger, soit et protéger les autres.