Sélectionner une page

Jean-Philippe Tanguy se rallie à Marine Le Pen selon son annonce du dimanche

Jean-Philippe Tanguy, étant le porte-parole du parti DLF (Debout La France), a fait une annonce sur son ralliement à Marine Le Pen. Son initiative qui a été appréciée et saluée par une autre cadre de mouvement, cependant minimisée par Nicolas Dupont-Aignan qui est le chef du parti DLF. Les mouvements politiques commencent à s’organiser autour de la course présidentielle de 2022. Et l’annonce de Jean-Philippe Tanguy est en rapport à cela, ce dernier n’a pas omis de critiquer la stratégie de Nicolas Dupont-Aignan.

DLF traverse une impasse au sein du parti

Jean-Philippe Tanguy critique Nicolas Dupont-Aignan comme suit dans une interview avec Figaro : « Nicolas Dupont-Aignan mène Debout La France dans une impasse ». Il accuse le leader du parti DLF de trahison. Trahison qui se rapporte à l’ « immense espoir » qui a vu le jour grâce aux soutiens apportés à Marine Le Pen pendant les deux tours de la course présidentielle de 2017.

Pour le cadre, Marine Le Pen, présidente du Rassemblement National RN qui « sera au second tour » en 2022, est « La candidate naturelle pour faire gagner nos idées ». Il a par la suite relaté les faits suivants : « Depuis l’accord présidentiel de 2017 que j’avais coécrit, DLF et le RN sont d’accord sur tous les enjeux fondamentaux. Nos rares différences sont autant d’enrichissements mutuels. J’appelle Nicolas Dupont-Aignan à renouer avec sa ligne de rassemblement des patriotes ».

Nicolas Dupont-Aignan répond à Jean-Philippe Tanguy sur LCI. Il a dit : « C’est son choix (…) Notre parti est indépendant. J’ai soutenu Marine Le Pen au second tour de la présidentielle car je ne voulais pas d’Emmanuel Macron mais j’ai toujours pensé que le duel Macron-Le Pen est une tragédie pour le pays. » Nicolas Dupont-Aignan a par la suite expliqué que le parti est celui du bureau national, il a fait la conclusion : « Un de perdu, dix de retrouvés ».

Le fondateur de DLF et candidat à la présidentielle de 2022 a balayé : « S’il y en a qui veulent faire carrière, qu’ils aillent faire carrière ailleurs ». Il a par la suite donné sa position : « Je suis convaincu qu’on gagnera demain s’il y a une vaste primaire (…) qui permettrait que les français, les patriotes, les républicains qui veulent en finir avec Emmanuel Macron, mais qui ne veulent pas la chienlit de la gauche puissent choisir leur candidat ». En exposant ses idées, il a cité son nom, celui de Marine Le Pen et celui du Sénateur LR Bruno Retailleau comme étant les choix probables.

Nicolas Dupont-Aignan se heurte tout de même à un problème. Le parti DLF n’est pas en accord pour le soutenir. On pouvait remarquer quelques critiques et opinions du parti sur les réseaux sociaux. Comme pour le directeur de la communication du parti souverainiste Alexandre Loubet : « Ni Jean-Philippe ni moi n’avons démissionné de DLF, nous soutenons Marine Le Pen qui est la plus à même de rassembler, car nous restons fidèles à la ligne décidée en 2017 qui consistait à unir les patriotes ».