Sélectionner une page

Nicolas Bedos ne manque jamais une occasion de se faire entendre. Une fois de plus il a eu recours aux réseaux sociaux pour faire passer son mécontentement face aux propos du ministre de la Santé Olivier Véran. En effet, le 08 novembre 2020, le ministre de la Santé a parlé sur Franceinfo, il a parlé des fêtes de fin d’année et la situation face à l’épidémie du Covid-19. Nicolas Bedos a réagi face à ce que le ministre de la Santé, d’une façon directe et virulente.

Le coronavirus est un sujet que le dramaturge de 41 ans adule. Son expression est toujours conjuguée avec son franc-parler, c’est un fait. Cependant, son dernier coup de gueule laisse entrevoir qu’il voyait rouge face aux avancées du ministre. Nicolas Bedos fils de Guy Bedos ne prend jamais de gants quand il donne son avis sur les agissements du gouvernement face à la pandémie Covid-19. Chaque sujet soulevé par le gouvernement est un sujet pour Nicolas Bedos.

Le 08 novembre dernier, Olivier Véran a été l’invité de l’émission « Questions politiques » sur Franceinfo. Le ministre a été questionné sur la position de l’État face au reconfinement en raison de la deuxième vague de Covid-19. C’est un sujet qui préoccupe un bon nombre de Français face à l’approche des fêtes de fin d’année. Le ministre a donc déclaré : « On a envie de faire Noël en famille, et un Noël dans la joie évidemment. On a envie de pouvoir le préparer dans la joie, mais on sait au fond de nous que, vu la circulation du virus, on sait qu’à Noël, on fera attention aux gens qui sont autour de nous. On fera attention de ne pas contaminer les parents et les grands-parents ».

Il était clair que ce ne sont pas là, les propos qu’attendait Nicolas Bedos du ministre de la Santé. Et comme à son habitude, il s’est tourné vers les réseaux sociaux pour se faire entendre. L’humoriste n’a pas lésiné sur les mots pour décrire ses émois : « ce *on paternaliste me donne envie de le buter ». « Parfois, mettre un médecin au ministère de la Santé, c’est comme nommer Adèle Haenel au ministère du Couple ».

Critique sur critique de la part de l’humoriste

Il fait parler de lui, son coup de gueule est devenu sa signature sur les réseaux sociaux. Les dernières restrictions du ministre le 23 septembre 2020 lui sont restées à travers la gorge : « Bon, allez. Soyons francs. Arrêtez tout. Tout. Les masques. Les confinements. Excepté face à vos parents très fragiles quand ils le souhaitent, ce qui n’est pas le cas de mon père, meurtri à mort d’être privé de notre amour ». Le père de Nicolas Bedos était décédé le 28 mai 2020.

Ainsi il a poursuivi : « vivez à fond, tombez malades, allez au restaurant, engueulez les flicaillons, contredisez vos patrons et les lâches directives gouvernementales. Nous devons désormais vivre, quitte à mourir… » Le 24 septembre 2020, on entendait la réponse du ministre par commission d’enquête du sénat : « Sur le grand sujet presque philosophique de savoir s’il faut vivre quitte à en mourir, je pourrais comprendre ce type de réflexion si elle avait des conséquences sur sa seule santé ». On attendu la réponse du ministre pour la suite.