Sélectionner une page

« Les rageux nous pistent, longue est la liste », ce sont là les mots de Nabilla pour montrer sa colère. Depuis lundi, la star des téléréalités n’arrête plus de faire parler d’elle sur les réseaux sociaux. Elle avance des justifications sur l’affaire Mila. L’affaire Mila qui a été à la Une des journaux après la mort du professeur d’histoire-géographie Samuel Paty, a refait surface. C’est dans « C à Vous » de Patrick Cohen que l’histoire a pris la poudre d’escampette.

Patrick Cohen a étalé la question sur la liberté d’expression en France. Sujet en accord avec la mort d’un professeur d’histoire-géographie à Sainte-Honorine. Il a soulevé en rapport avec cela, le cas de Mila, une adolescente de 17 ans. Cette dernière était la victime de menaces de mort et de viol. Le tout s’est fait sur les réseaux sociaux. À rappeler que Mila a critiqué l’Islam dans une vidéo il y a de cela un an. « Mais qui s’intéresse aujourd’hui au sort de Mila, dénoncée sur les plateaux télé, vomie par Nabilla dans un tweet salué par plus d’une centaine de milliers de fois ? » Patrick Cohen a fait le rapport avec les messages et réaction de Nabilla la star des téléréalités. Nabilla a réagi avec un visage qui vomit en plusieurs émojis, après le passage de Mila dans le « Quotidien » en février 2020.

Face à l’ampleur des réactions des internautes, mais aussi d’un bon nombre de personnalités politiques et intellectuelles, Nabilla a voulu s’expliquer et a posté ceci sur tweeter : « Chers journalistes et rédacteurs, je n’ai pas vomi sur cette jeune femme, mais sur ses propos qui m’ont énormément blessée, moi, mais aussi les musulmans du monde entier. Respectons les croyances des autres, sans porter aucun jugement de valeur. Condamnons tout acte extrémiste ! » Sur Snapchat, c’est un autre discours : « En France, on est dans un pays laïc, on ne critique pas les religions des autres, qu’on soit juif, bouddhiste, chrétien, musulman ou athée. On laisse les gens libres, les gens ont le droit de croire en ce qu’ils veulent ».

Nabilla a expliqué qu’elle n’a aucun regret pour son premier tweet. Par la suite, elle a voulu rappeler qu’elle vient d’une famille musulmane : « Ma maman n’a jamais dénigré les musulmans, pourtant elle est chrétienne ».
La polémique a pris de l’ampleur et c’est au tour de Raphaël Enthoven (philosophe) de réagir : « Vous avez dégueulé des dizaines de milliers de fois sur une jeune femme qui était (et reste) menacée de mort pour des propos qu’elle avait le droit de tenir. Et vous nous parlez du respect qu’on se doit les uns aux autres ». Olivier Truchot résume le tout en une phrase : « Nabilla vs Patrick Cohen. Décidément, on aura tout vécu en 2020 »