Sélectionner une page

Le ministre de la Santé a parlé d’un souhait « ardemment », toutefois, il se garde de se prononcer sur le sujet, et se refuse aux pronostics. Olivier Véran a déclaré comprendre les émois des Français face aux fêtes de fins d’année. Il a ainsi parlé « De fêter Noël en famille ». Sa compréhension ne l’a pas conduit à se prononcer sur une date pour la fin du confinement.

FranceInter a fait en sorte de poser les questions qui se rapportent aux préoccupations d’un bon nombre de Français. « Le confinement sera-t-il prolongé ? », « Va-t-il avoir des conséquences sur la tenue des fêtes de fin d’année ? », « Un Noël un peu spécial ». Le ministre de la Santé a expliqué qu’il souhaite « ardemment » que les mesures soient levées d’ici l’arrivée des festivités. Il a souligné son désir de voir tous les Français profiter de leurs familles. Que tout le monde puisse se retrouver.

Ceci étant, il a refusé de donner tout pronostic sur la question : « Je ne fais pas de pronostic, vous ne me verrez jamais de pronostic, cela ne veut pas dire que je suis défaitiste, mais je suis prudent. En tout cas, quoi qu’il en soit, on sait qu’on n’aura l’application des gestes barrières pour Noël et qu’ainsi ce serait un Noël un peu spécial de ce point de vue là », voilà ses dires. Le docteur neurologue a soulevé l’importance de la famille, sans laisser de côté l’importance de se protéger et de protéger les personnes vulnérables.

Noël, selon chaque personne interrogée

71 % des Français se disent être prêts pour le confinement. Pendant les fêtes, quelques-uns se sont exprimés sur la question. Une femme pour le BFMTV : « vu l’ampleur de l’épidémie, on sera débordés, donc je pense qu’il faut confiner et faire Noël avec les familles et les enfants ». Benoît Vallet, directeur général de l’ARS de Hauts-de-France, a stipulé : « Ce sera un Noël où il faudra prendre beaucoup de mesures de précaution. En particulier autour des réunions de famille. Tout le monde voit beaucoup de cas de Covid positifs qui se manifestent après les réunions de famille. On a l’impression que lorsqu’on est chez soi, on est protégé, mais ce n’est pas vrai ».

Gilles Piloux sur BFMTV a encore été plus strict sur la question de fête de Noël : « Il faut probablement oublier les vacances de Noël », ce sont les affirmations du Chef des maladies infectieuses et tropicales de Tenon à Paris. « Oublier, mais pour sauver 2021 » Pour Gilles Piloux, cette année sera différente : « peut-être cette année, le père Noël, ce sera Skype ».