Sélectionner une page

46 départements sont passés dans le rouge depuis jeudi 5 novembre. La grippe aviaire étant en mauvaise progression, les autorités françaises ont fait passer ces départements au risque « élevé », face à l’introduction du virus pathogène par les oiseaux migrateurs. Ce qui implique un confinement obligé des volailles, mais aussi la pose des filets de sécurité pour les sécuriser. Par l’annonce des autorités, l’arrêté qui est apparu dans un journal officiel oblige les éleveurs à mettre en place ce système de protection.

Selon l’arrêté : «  La nécessité de prendre des mesures de prévention urgentes et immédiates pour protéger les élevages de volailles français d’une potentielle contamination par le virus influenza aviaire par des oiseaux sauvages en particulier dans les zones à risque particulier où les départements traversés par des couloirs de migration ».

Renforcer les mesures de protection pour anticiper le risque de contamination

Les Landes et le Gers ainsi que d’autres départements pour la fabrication de foie gras sont les plus à risque et figurent dans la liste des territoires à protéger. Les autres départements se voient n’avoir que des risques dits « modérés ». Depuis l’apparition de l’influenza aviaire, la France a toujours été protégée malgré que le virus soit fortement pathogène. On parle surtout de risques économiques. Puisque le monde de la production et d’exploitation des volailles peut être freiné, voire même arrêté par une éventuelle propagation du virus.

2015-2016 ainsi que 2016-2017 ont été des années néfastes pour la production dans les régions du Sud-ouest. Des centaines de millions d’euros ont été perdus par les producteurs. Il y avait entre autres des abattages en grand nombre presque dans toutes les régions. Tout cela a été fait justement pour éviter la propagation du virus. La sonnette d’alarme concernant le passage à risque « élevé » est un moyen de prévention afin de ne pas revivre les mêmes situations que ces années précédentes. Ce qui revient à l’obligation du confinement et de la pose des filets pour les volailles françaises. Dans la même foulée, il est aussi interdit de faire des rassemblements de volailles vivants ou encore de faire des lâchers de gibiers à plumes, et cela dans les marchés. Selon le ministère de l’Agriculture, c’est le meilleur moyen de « Prendre en compte l’évolution sanitaire défavorable vis-à-vis de l’influenza aviaire dans l’avifaune en Europe ».

À noter que les Pays-Bas ont décelé l’apparition de la grippe aviaire après la Russie notamment en Kazakhstan. L’Allemagne et le Royaume-Uni aussi ont fait part de la découverte de la grippe sur leurs territoires.